Consommation Collaborative : Moins de biens, plus de lien !

La consommation collaborative désigne “un modèle économique où l’usage prédomine sur la propriété : usage d’un bien, d’un service…qui peut être augmenté par le partage, l’échange, le troc, la vente ou la location de celui-ci”(Wikipédia).
il peut s’agir de biens matériels (meubles, outils, vêtements, appareils ménagers…), d’hébergement (prêt, échange, location,..), de moyens de transport (voitures, vélos, tracteurs, motos,…) ou de savoir faire (jardinage, décoration, cours péri-scolaires, cours de musique, dépannage informatique…),  de stocker quelques affaires chez un particulier en échange d’un autre service, de co-financer un projet…Cette nouvelle manière  de consommer privilégie l’usage d’un bien plutôt que sa possession. On est passé en quelques années d’un système D entre amis ou en famille à un véritable marché qui est pris d’assaut par les Startups ou les grandes entreprises internationales !

Ces formes d’échanges directs entre particuliers ne cessent de croître depuis 10 ans et de remettre à plat les modèles économiques connus jusque là. 9 français sur 10 ont déjà utilisé une fois au moins ce modèle ! Le Web permet de mettre en relation de manière massive et rapide, des personnes intéressées par le même type de projet. Tout est basé sur la confiance, sachant que celui qui contreviendra sera vite repéré sur les sites et mis au banc !

Au départ, le mouvement s’est mis en marche par préoccupation écologique et économique. Il est devenu pour beaucoup, une habitude de consommation. Ces nouveaux échanges permettent en sus de tisser du lien social, de développer la convivialité : MOINS DE BIENS, PLUS DE LIEN.

La France est très en retard sur l’Allemagne, mais elle se pose un certain nombre de questions : Problème d’équité de traitement entre les différents acteurs économiques (acteurs traditionnels et nouveaux acteurs de la consommation collaborative). Il y a encore trop de flous juridiques qui inquiètent les professionnels : ils mettent en avant une concurrence qui n’est pas soumise aux mêmes réglementations, ni aux mêmes taxes.  Il semblerait que les prochaines années apportent quelques règles pour que cette consommation devienne plus transparente ! A suivre….

Le dicton de Mars : “Mieux vaut de l’Amour plein la main que des biens plein le four !”