Le Compost !

C’est la rentrée avec son lot de bonnes résolutions : on commence tout de suite et on démarre un compost (ou compostage) pour préparer la prochaine saison !! En commençant aujourd’hui un tas de compost, celui-ci sera opérationnel pour le printemps..Il s’agit de recycler les déchets de manière 100 % naturelle. Tous les composants de la matière organique qui tombent sur le sol l’enrichissent. Mais il faut gérer ces déchets organiques pour fabriquer un compost optimal et non odorant. Le compost permet de retenir l’eau et de nourrir les plantes. Dans un premier temps, les matières organiques sont transformées par les vers de terre, les champignons, les bactéries.. en humus riche. C’est là le processus de dégradation. A ce stade, le compost dégage de la chaleur (il peut monter jusqu’à 70°). Vient ensuite le processus de maturation, riche en humus.

Les légumes et les fruits se récoltent en abondance. En les consommant, il reste des épluchures qui peuvent démarrer un bon compost. Celui-ci doit être composé de matières vertes et de matières brunes en égale quantité pour un bon dosage azote/carbone. Dans la première catégorie, on trouvera  la tonte de gazon, les fleurs fanées,  les épluchures de fruits et légumes(ou les fruits pourris), les restes de repas (riz, pâtes, fromage..). Pour les matières brunes, on pensera aux feuilles mortes, aux cendres de cheminée, aux coquilles d’oeuf, au marc de café avec son filtre ou aux sachets de thé…Mais on peut aussi mettre des graisses, du lait, des boissons sucrées ou salées, du sopalin ou même de l’urine.. Par contre, il faut éviter la viande, la volaille ou le poisson qui pourraient attirer les rats ! D’autre part, le compost ne peut pas absorber les agrumes, les morceaux de bois, les coquilles d’huîtres, de moules ou de noix..Il n’aime pas non plus les plantes malades ou les altises (qui pourraient germer et se reproduire sur les plantations futures), les litières d’animaux, les produits chimiques, ni le plastique ou le verre….

Le tas de compost doit être placé à l’ombre pour éviter trop de chaleur (augmentation possible de la chaleur dégagée par le compost, ainsi que dessèchement..) et on doit y mélanger les carbones avec les azotes, les matières humides avec les sèches, les grossières avec les fines. Le fond du bac à compost doit être en contact direct avec le sol pour attirer les vers de terre ou tout autre micro-organisme. Arroser régulièrement ce tas et le mélanger pour l’aérer (Une fois par mois en moyenne, un peu plus en été). Cette aération est impérative pour une qualité optimum. Plus les déchets sont variés dans le compost, meilleure est sa qualité. Le processus de maturation est plus rapide si les déchets sont coupés en petits morceaux. Il est prêt quand il devient noir et sans odeur et se recueille par le bas du tas.

Outre le fait d’éviter d’accumuler des déchets, le compost produit du terreau naturel et il prend peu de place. D’autre part, on peut imaginer mettre à disposition d’un quartier un compost collectif, ceci créant en plus du lien social !

Proverbe de septembre : “Août mûrit, septembre vendange, en ces deux mois, tout bien s’arrange”