Équipements de mon habitat

Electroménager

Les appareils électroménagers représentent 30 % de la consommation d’électricité moyenne des ménages (hors chauffage).

C’est un poste source d’économie.

Réfrigérateur & congélateur

Le réfrigérateur et le congélateur fonctionnent 24h/24h et 7J/7J. leurs consommations doivent donc faire l’objet d’une attention particulière. Cela est d’autant plus important que les durées de vie de ces équipements sont importantes.

Quel type ?

Il y a de nombreux types de produits disponibles sur le marché. Les combinés sont les plus nombreux et comptent le plus fort taux de classe A+++

 

Quelle taille ?

La taille du réfrigérateur dépend de la taille du foyer ainsi que des habitudes alimentaires. Il faut compter 100 L pour une personne + 60 L par personne supplémentaire.

Efficacité énergétique : 

En France, les réfrigérateurs et les congélateurs consomment chaque année deux fois plus d’électricité que le réseau TGV.

Le choix de l’efficacité énergétique de l’équipement (cf étiquette énergie) est d’autant plus important que ces étiquettes peuvent êtres trompeuses.

L’efficacité énergétique des équipements sont classés de D (très mauvais) à A +++ (très bon). Hors, depuis 2012, seuls les réfrigérateurs de classe A+ peuvent être commercialisés. Sur une étiquette comportant toutes les classes (D à A+++), on pourrait penser qu’une indication A+ est très bonne alors elle est en bas du classemen

 

Il faut aussi faire attention aux comparaisons. A même performance énergétique, un réfrigérateur de plus grande taille consommera plus…

 

 

 

Plaques de cuisson

Il existe 4 principaux types de plaques de cuisson (gaz, électrique, vitrocéramiques et induction)

Les principaux critères de choix sont :

  • Le nombre de foyers : évolution de 4 foyers vers 3 foyers
  • Le prix d’achat des plaques (ex : 4 plaques)
    • Gaz : 100 – 400 €
    • Electrique (fonte) : 110 – 200 €
    • Vitrocéramique : 180 – 1200 €
    • Induction : 200 – 1000 €
  • Le rendements (énergie absorbé/ puissance totale)
    • Gaz : 58 %
    • Electrique (fonte) : 60%
    • Vitrocéramique : 78%
    • Induction : 90%

L’induction est actuellement considéré comme le top en associant les avantages du gaz (rapidité) et de l’électrique (sécurité, facilité d’utilisation) tout en améliorant les rendements.

Eclairage

L’éclairage consomme 49 TWh par an en france, soit plus de 10 % de la consommation nationale totale d’électricité.

La généralisation des LEDs devrait rapidement diviser la consommation de l’éclairage par 8.

Caractéristiques d’une lampe :

La puissance : C’est l’intensité lumineuse. Elle a longtemps été exprimée en W car associée à la consommation d’une lampe. La diversité des technologies de lampes a nécessité d’utiliser une mesure directe de l’intensité à savoir le lumen (lm).

Source : myplanetled.com

 

La chaleur : C’est la température de la lumière:

  • Lumière froide : d’aspect bleuté, proche de la lumière du jour :  6500 K,
  • Lumière douce : d’aspect blanc neutre :  4000 K.
  • Lumière chaude :  jaune orangé : 2700 K,
  • Lumière très chaude : orangé : 1500 K.

 

Le rendement : Exprimé en lm/W, c’est la capacité de la lampe à transformer de l’énergie en lumière.

 

La durée de vie : La durée de vie d’une lampe est associée à son temps de fonctionnement mais aussi le nombre de cycle (allumer/éteindre)

Le record de longévité d’une lampe à incandescence est de plus de 117 ans. Cette lampe est située dans une caserne de pompier de Livermore au Royaume Uni. L’ampoule, d’une puissance de 4 W, brille depuis 1901 (presque) sans interruptions.

 

Types de lampes : 

  • Les lampes à incandescence :

Les lampes à incandescence génère de la  lumière en portant un filament de tungstène à incandescence. Elles ont un très mauvais rendement. Elles transforment moins de 10% de la puissance électrique en lumière. Leurs rendements est de 16 à 20 Lm/W. Le reste est transformé en chaleur.

Leur durée de vie est médiocre, de 1 000 heures.

Elles sont interdites à la vente depuis 2013 du fait de leurs faibles rendements

 

  • Les lampes halogènes :

Ces lampes  lumière en portant un filament de tungstène à incandescence. Elles se distinguent des lampes à incandescence classique par la présence d’un halogène dans l’ampoule (iode ou brome).

Leurs rendements est un peu supérieur aux lampes à incandescence classique avec 18 à 25 Lm/W.

Leur durée de vie est de 5 000 heures soient 5 ans

Leur commercialisation sera interdite par la Commission Européenne en septembre 2018 du fait de leurs faibles rendements.

 

  • Ampoules fluocompactes

Ces ampoules sont aussi appelées  “ampoules basse consommation”. Elles ont un rendement de 50 à 100 lm/W soit 5 fois supérieur aux lampes à incandescence. 

Leurs durées de vie est de 6 000 à 15 000 heures.

Elles contiennent cependant du mercure et sont polluantes (hors filière de recyclage)

 

  • Les lampes LED

Les lampes LED sont les championnes de l’économie d’énergie et de longévité.

Leurs rendements dépassent les 100 lm/W

La durée de vie est comprise entre 50 000 h et 100 000 h

Domotique / Alarmes

La domotique ou Maison intelligente ou maison connecté est l’ensemble des techniques permettant d’interconnecter les objets de la maison.

Les 3 principaux objectifs de la domotique sont l’amélioration du confort de l’habitat, la réduction de la consommation énergétique et la sécurité

Les principales applications concernent :

  • Le pilotage à distance des équipements (portes, volets, électroménagers etc…)
  • La gestion de l’énergie, notamment du chauffage,,
  • La sécurité (intrusion, incendie, monoxyde de carbone)

La domotique a largement été poussée en France par Pierre Sarda, ingénieur Français ayant travaillé sur le projet Apolo et qui a dans les années 1970 développé la première maison intelligente, la maison des “années 2000”

Ventilation

L’aération de l’habitat est essentiel pour assurer une bonne qualité de l’air intérieur ainsi que accroitre l’efficacité énergique de l’habitat.

L’accroissement de l’étanchéité de l’habitat (double vitrage, isolation des combles etc…) tend à réduire le renouvellement de l’air de l’habitat.

La pollution et l’humidité (monoxyde de carbone, détergents, radon, COV,…) s’accumulent et sont source de maladies allergiques, cancer et même de cancer tel celui du poumon lié au Radon

Le coût des effets d’une mauvaise qualité de l’air intérieur en France, calculés selon les indicateurs globaux de détriment sanitaire utilisés par l’OMS, est aujourd’hui estimé entre 12,8 et 38,4 milliards d’euros par an (Jantunen et al, 2011)

De plus, l’humidité qui s’accumule limite la performance énergétique de l’habitat et peut être source de pathologie du bâtiment, notamment lié à la condensation.

Une bonne ventilation de l’habitat est donc essentielle!

Aérer ponctuellement son habitat par les ouvertures (fenêtres ou portes) n’est pas suffisant pour assurer un renouvellement suffisant.

L’installation d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC) vous permettra d’assurer cette fonction d’aération de l’habitat, de renouveler l’air et d’éviter tout problème lié à l’humidité.

La VMC est obligatoire dans les logements neufs après 1982. Elle doit assurer une renouvellement entre 0,3 et 0,7 fois le volume par heure.

En rénovation, son installation peut être plus complexe . Dans tous les cas, elle doit être un préalable à des travaux d’étanchification de l’habitat.

Types de VMC

 

Il existe 3 types de VMC :

  • VMC Simple flux
  • VMC simple flux autoréglable et hydroréglable
  • VMC double flux

Une VMC simple flux met en dépression certaines pièces dites humides, par un extracteur d’air.

Une VMC autoréglable intègre en plus généralement des bouches d’extractions s’adaptent à la pression dans les pièces afin de garantir un débit constant.

Une VMC hydroréglable s’adapte au niveau d’humidité dans l’habitat. Les bouches s’ouvrent et se ferment grâce à un capteur d’humidité intégré.

Les VMC simples flux régulés ou non aspirent de l’air froid et rejettent de l’air chaud. Pour palier à cette de chaleur, les VMC double flux assurent le réchauffement de l’air entrant grâce à un échangeur thermique.

Commenter