La Plante de Juin : la Carotte


(1er juin 18)

La carotte, de la famille des apiacées, se consomme comme légume. Comme la pomme de terre, c’est un légume-racine. La carotte est bisannuelle. Sa racine orange, jaune ou blanche peut atteindre 25 cm. La tige est de même longueur. Les feuilles sont couvertes de poils. La floraison a lieu entre mai et octobre. Les fleurs sont blanches, sauf la fleur centrale qui peut être rouge foncé. Les fleurs attirent                                              les  insectes pollinisateurs.

Pour bien se développer la carotte a besoin d’un terrain léger, sans cailloux. La culture se fait sur 3 à 6 mois (semis du début de l’hiver à la fin du printemps, pour une récolte en automne). Les principales maladies de la carotte sont d’abord le mildiou (maladie dûe à des champignons qui s’attaquent aux feuilles en y faisant des tâches jaunes), puis l’oïdium (dûe aussi à des champignons qui produisent des tâches poudreuses blanc-grisâtre) et enfin l’alternariose (dûe elle encore à des champignons qui se posent sur les feuilles en donnant des tâches brunes auréolées de jaune et qui finissent par dessécher les feuilles et les faire mourir). Les principaux prédateurs de la carotte sont “la mouche de la carotte” et la limace.

La carotte était cultivée il y a 5000 ans du côté de l’actuel Afghanistan. Il existe essentiellement deux grandes variétés de carottes : la carotte de l’est et la carotte de l’ouest, mais il y a en réalité plus de 500 variété. La carotte de l’est varie du jaune au violet : on la trouve surtout en Asie, elle est apparue au Xème siècle. La carotte de l’ouest, connue dès le XIIème siècle en Hollande est orange : c’est un croisement de variété à chair rouge et à chair blanche. Aujourd’hui la carotte est cultivée à peu près partout dans le monde. Le premier producteur est la Chine (+ de 30% de la production mondiale), puis vient la Russie (avec 7% de production mondiale). La France est très loin derrière avec moins de 3%.

Avant 1620 aux Etats-Unis, la carotte servait uniquement à nourrir le bétail. Depuis la carotte est un légume incontournable dans presque toutes les sociétés. En 1986, Mike Yunosek a crée la “Baby Carrot” qui se croque en snack à l’apéro ou en encas. Cette mini-carotte mesure moins de 5 cm et elle est un peu plus sucrée que la carotte traditionnelle.

Riche en carotène, c’est la racine charnue qui se mange. Plus elle est colorée, meilleure pour la santé elle est ! La carotte est riche en vitamines, cuite ou crue et elle assouvit la faim avec peu de calories.La carotte cuite contient moins de sucre que la carotte crue. La consommation de carottes diminue par deux le risque d’un cancer du poumon et permet de lutter contre les maladies cardio-vasculaires : il suffit de manger 100g de carotte par jour. Le transit intestinal n’en sera que meilleur ! Bourrée de vitamines A, B, C, E et K, de sélénium, de fer, de potassium et de bêta-carotène, la carotte ralentit le vieillissement, favorise la circulation et amèliore l’état de la peau et des muqueuses. La carotte retient les graisses : les pectines captent les acides gras et permettent en se liant aux vitamines E, d’empêcher le mauvais cholestérol d’adhérer aux parois de nos artères. C’est aussi une alliée du foie et des os par sa teneur en phosphore et son sucre naturel. Bonne pour les yeux grâce à ses vitamines A, elle diminue les risques de cataracte. Elle renforce aussi la résistance aux UV. Ne dit-on pas en plus que les carottes donnent les fesses roses et qu’elles rendent aimable ?

La carotte est une plante associée à Mercure et à la Vierge.

“Une légende raconte aux petits “caouecs”(les habitants de Blagnac), que la déesse Cérès, rendant visite à la petite colonie romaine de “Blanhac” fut surprise par le chavirage du bac, à hauteur du Plan du Port et fut emportée par les flôts de la Garonne. Elle fut sauvée par un jeune pêcheur qui la ramena sur l’île du Ramier. pour le remercier, elle ensemença “les quinze sols” où naquit au printemps une carotte d’hiver aux formes exceptionnelles qui fit la renommée de Blanhac dans toute l’Europe”(d’après GrandSud Insolite).

Emblême des buralistes : depuis 1906, les vendeurs de tabac sont obligés de mettre ce “signal” devant leur magasin. Au départ, on a pensé que la symbolique était le fait que mettre un morceau de carotte dans le tabac le conservait bien, ce qui est vrai, mais une autre explication s’est imposée : Ce symbole vient du XVI ème siècle : le tabac se consommait en feuilles, que l’on râpait comme on râpe des carottes, puis on le roulait en forme de carotte.

Quelques expressions font intervenir les carottes :

  • “Poil de carotte” désigne une personne aux cheveux roux, orange : synomyme de différence et de rejet. Le roman de Jules Renard “Poil de carotte” en est une illustration.
  • “Carotter quelqu’un” : c’set voler ou tromper quelqu’un.
  • “Les carottes sont cuites” : il n’y a plus rien à faire, les dès sont jetés.

Le proverbe du mois : “Temps humide de juin, fit chagrin”

Soupe de Carotte à l’Orange


(1er juin 18)

Soupe de carotte à l’orange (6 pers) :

8 belles carottes ; 1 oignon ; 6 oranges bien juteuses ; coriandre et/ou gingembre ; huile d’olive ; sel ; poivre

Peler les carottes et  lez râper finement. Puis ciseler le coriandre et le gingembre. Peler l’oignon, l’émincer et le faire revenir dans une poêle avec un peu d’huile d’olive. Avant qu’il ne dore, ajouter les carottes râpées et le coriandre et/ou le gingembre. Baisser le feu et presser le jus des oranges. Verser le jus dans la poêle. Ajouter environ 1,5 litre d’eau pour que le tout soit bien recouvert. Bien mélanger et couvrir. Laisser cuire 20 mn.

Mixer le mélange et placer la soupe au frais pour deux ou trois heures, cette soupe doit être servie bien froide. Ajouter quelques brins de coriandre au moment de servir pour la déco.

La plante d’Avril : L’Oignon Grelot


(1er avril 2018)

L’oignon Grelot, ou oignon perlé est du genre Allium, comme les poireaux, l’ail ou l’oignon. C’est une plante bulbeuse vivace qui fleurit peu. Sa fleur est blanchâtre au bout d’une grande tige qui pet atteindre 60 à 70 cm. Ces tout petits oignons blancs (les vrais) ou jaunes (oignons jaunes récoltés très jeunes) ont une saveur très douce ou aigre-douce. Les oignons se divisent au fil des années, créant une grosse touffe. Ils repoussent donc d’une année sur l’autre sans soins particuliers. Le sol ne doit pas être trops humide, ni trop acide et le terrain doit être bien drainé. L’oignon grelot apprécie un peu d’engrais ou un peu de cendres. Il se consomme de mars à septembre.

L’oignon grelot est connu depuis la Préhistoire, voir depuis plus de 5000 ans en Asie. Il est très apprécié dans les pays nordiques. Il est produit en France en Eure-et-Loir, dans l’Aube ou en Côte d’or. Il y avait autrefois une foire à l’oignon chaque année sur le Parvis de Notre Dame à Paris.

L’oignon grelot contient des vitamines A, B et C et des sels minéraux comme le potassium, le phosphate, l’iode ou le fluor. C’est aussi une source de sélénium qui est un anti-oxydant qui lutte contre le vieillissement. Antiseptique, l’oignon grelot est aussi bon pour la circulation sanguine, et aide à lutter contre le diabète et le cholestérol. Il est recommandé pour les personnes souffrant de goutte ou de rétention d’urine, il combat l’acide urique. Ses anti-oxydants sont de bons gardiens contre le cancer de l’estomac ou de la prostate.

Pourquoi les oignons font-ils pleurer quand on les coupe ? Il se dégage des gaz quand on écrase les tissus. Ces gaz se retrouvent au contact de l’air, la substance devient lacrymogène et nous voilà avec des larmes. Pour éviter cela, il faut utiliser un couteau parfaitement aiguisé, du style couteau en céramique, qui n’écorchera pas la pulpe et empêchera les gaz de s’échapper. Ou on peut aussi les faire tremper quelques minutes dans de l’eau avant de les éplucher.

L’oignon grelot se consomme frais, ou confit dans du vinaigre (souvent associé au cornichon), ou en garniture de viande ou de plats mijotés, ou en salade ou glacé en apéritif. Pour cela, il faut un litre d’eau, du sucre, quelques gouttes de vinaigre et des herbes aromatiques : porter à ébullition et faire cuire entre 3/4 d’heure et 1 heure à découvert.

Plusieurs expressions parlent de l’oignon :

  • “En rang d’oignons” : Cette expression  vient d’Artus de La Fontaine, baron d’Oignon. Il était grand Maître des cérémonies aux Etats de Blois (1576) et assignait les places et les rangs des seigneurs et députés (www.france-pittoresque.com).
  • “S’occuper de ses oignons” : En argot, les oignons désignent “les fesses”. On peut donc dire que cette expression incite à s’occuper “de son propre corps”, donc de ce qui nous regarde. (linternaute.com).
  • “Aux petits oignons” : Cette expression vient de nos cuisines ! Il s’agit de traiter un plat avec soin, de l’accommoder et le mitonner finement avec des petits oignons aussi onctueux que succulents. Cette expression purement culinaire s’est répandue dans tous les domaines possibles. (Expressio.fr).

Glaçage à brun de petits oignons


(1er avril 18)

Glaçage à brun de petits oignons :

Des oignons grelots ; du sucre ; du beurre ; du sel ; du papier sulfurisé.

Eplucher les oignons et les mettre dans une sauteuse. Verser de l’eau jusqu’à ce que les oignons soient totalement couverts et mettre une belle noix de beurre. Saupoudrer de sucre en poudre et saler légèrement. Porter à feu moyen. Dès que l’eau et le beurre frémissent, découper un “couvercle” dans du papier sulfurisé et le poser sur les oignons. Baisser le feu. Laisser cuire jusqu’à totale évaporation de l’eau. retirer le “couvercle” et continuer la cuisson en effectuant des mouvements de rotation avec la sauteuse. Bien surveiller la cuisson : dès que les oignons sont bien caramélisés, arrêter la cuisson et servir aussitôt.

La plante de mars : l’Hibiscus


(1er/03/18)

L’Hibiscus, appelé aussi “Rose de Chine” fait partie de la famille des malvaceaes. Hibiscus vient du grec et signifie “Guimauve”. C’est une plante à fleurs annuelles ou vivaces de couleurs vives se déclinant du rose au rouge vif en passant par le orange, le jaune ou le pourpre. Sa floraison est spectaculaire…

L’hibiscus est connu et réputé depuis les pharaons d’Egypte Antique qui vénéraient cette plante. Il est arrivé en Europe au XII ème siècle par les Maures d’Espagne, puis en Amérique au XVII ème siècle par le biais des esclaves.

Aussi large que haut, environ 3 à 5 mètres d’envergure, ses fleurs mesurent de 2 à 6 cm. Ses feuilles ont un bord dentelé ou ondulé. Les étamines forment une sorte de tube et ses fruits sont comme des capsules qui une fois mûres s’ouvrent et libèrent des graines. La fleur,  formée de 5 pétales autour du pistil central, apparaît et tombe au bout de 24 heures. Chaque jour, l’hibiscus offre de nouvelles fleurs éphémères.

L’hibiscus se plante en automne et fleurit de fin mars à mi-octobre. Il doit être planté dans un sol fertile en humus, bien drainé et bien exposé aux rayons du soleil. Il aime le mélange de terreau et de Terre de Bruyère. Son arrosage doit être intense en été, mais moindre pendant les autres mois de l’année : une fois par semaine semble être correct hors saison estivale. L’hivernage demande bien sûr un endroit hors gel. Les hibiscus attirent les papillons, qu’ils soient diurnes ou nocturnes…Les ennemis de l’hibiscus sont les pucerons, les cochenilles et les mouches blanches : il faut donc être très vigilant !

Dans un pot, l’hibiscus a besoin d’être dans un espace pas trop grand pour se sentir bien, car il aime se sentir un peu à l’étroit. L’hibiscus peut se multiplier par semis en mars ou par marcottage si l’environnement est bon pour lui.

La fleur d’hibiscus est comestible. Autrefois, ses vertus thérapeutiques étaient utilisées pour soulager toux et angines. La phytothérapie aujourd’hui, utilise l’hibiscus pour faire baisser la tension artérielle et éliminer l’urée chez les personnes qui en fabrique en trop grande quantité. C’est un laxatif doux qui fait disparaître les toxines et régénère l’organisme. Outre la lutte contre l’hypertension, l’hibiscus permet de diminuer la fièvre et les douleur d’estomac, il fait aussi baisser le taux de mauvais cholestérol. Il soigne les eczémas, les allergies et les dermatoses. Ses graines possèdent des qualités cosmétiques hydratantes et régénératrices.

L’infusion d’hibiscus, de couleur rouge cerise, se boit chaude ou froide :  les fleurs séchées constituent la base de boissons très côtées en Egypte en particulier et en Afrique en général. Une infusion d’hibiscus est aujourd’hui la boisson d’accueil traditionnelle en Afrique. Les aborigènes australiens consommaient l’hibiscus et utilisaient ses fibres pour fabriquer des sacs et des filets de chasse.

L’hibiscus symbolise la modestie et l’esprit volontaire. C’est un des meilleurs supports à la divination et à la magie : il est utilisé pour ses charmes d’amour…C’est donc aussi la fleur de l’Amour. A Tahiti, les jeunes femmes portent un hibiscus sur l’oreille droite si leur coeur est à prendre, sur l’oreille gauche s’il est déjà pris ! En Amérique du Nord, l’hibiscus symbolise l’épouse ou la femme parfaite.

L’hibiscus est la fleur nationale de la Corée du Sud et de la Malaisie.

Glace à l’Hibiscus


(1er/03/18)

Glace à l’Hibiscus

500 g de crème liquide ; 200 à 250 ml de lait concentré sucré ; 20 ml d’infusion d’hibiscus

Pour l’infusion d’hibiscus : Faire chauffer 20 ml d’eau, puis jeter une dizaine de fleurs d’hibiscus dans la casserole. Laisser frémir quelques minutes. Attendre le refroidissement complet avant de l’intégrer dans la recette.

Monter la crème en chantilly (pour faciliter l’opération, la crème doit être bien froide). Ajouter peu à peu le lait concentré sucré froid en mélangeant tout doucement avec une cuillère en bois. Puis, de la même manière, incorporer doucement l’infusion d’hibiscus. Mettre au congélateur pour au moins 6 heures avant de déguster.

Le Perce Neige : plante de février


(1er fevr 2018)

Le Perce-Neige est une petite plante bulbeuse de la famille des Amaryllidacées à fleurs blanches qui apparaît en hiver et est capable de percer une fine couche de neige. Sa hauteur varie de 10 à 30 cm.  Les petites fleurs blanches à clochettes dégagent une odeur de miel. C’est une plante vivace qui fleurit tous les ans. Elle est aussi mellifère : les abeilles y trouvent un pollen et un nectar très à son goût. Son feuillage est caduc.

Le Perce-Neige est originaire d’Asie-Mineure. Connu de Théophnaste 3 siècles avant J.C. Ce naturaliste et philosophe grec libéra du joug des tyrans son île natale de LesbosIl existe une vingtaine d’espèces de Perce-Neige. Les deux plus connues sont le Galanthus Nivalis et pour les régions plus méridionales le Galenthus Elweisi. Ce nom de Galanthus vient du grec Gala (lait) et Anthos (fleur) : le perce-neige est donc une “Fleur de Lait”. Certains l’appelle “Goutte de Lait”, sa forme rappelant une goutte. A l’origine, Perce-Neige est un nom féminin, aujourd’hui on l’emploie plutôt au masculin : les deux genres restent en usage.Pour ce qui est du pluriel, il existe aussi deux formes : perce-neiges /perce-neige.

Le Perce-Neige décore les pieds des arbres ou les bordures de massifs. Il agrémente les pelouses en se mariant très bien avec les crocus. Le Perce-Neige aime les sols meubles et riches en humus et se plaît dans des endroits mi-ombre/mi soleil. Il ne nécessite pas d’apport de matières organiques (matières fabriquées par les végétaux, les animaux, les champignons, ou tout autre être vivant). Il se plante en fin d’été ou au tout début de l’automne. Les bulbes doivent être enterrés à 10 cm de profondeur. Les touffes prolifèrent rapidement d’année en année. On peut procéder à la division des touffes existantes au printemps pour les multiplier. Comme pour toutes les plantes à bulbe, les feuilles ne doivent être coupées qu’après leur jaunissement total pour que le bulbe reste en bonne santé !

Le Perce-Neige peut souffrir de la chaleur et du manque d’humidité en été : lui laisser une couche de feuilles ou de paillis pour éviter son dessèchement. Il est impossible de le cultiver en pot en intérieur car il a besoin du froid hivernal. ATTENTION : le bulbe du Perce-neige ne doit pas être ingéré car il peut provoquer de forts vomissements et/ou de grosses diarrhées.

Il existe plusieurs légendes autour du Perce-Neige :

–  “Alors qu’Adam et Eve venaient d’être chassés du Paradis, Eve se désespérait pensant que l’hiver durerait toujours. C’est alors qu’un ange apparut, ramassa une poignée de neige et la répandit sur le sol. Les flocons de neige, en touchant la terre, se transformèrent alors en perce-neige, donnant l’espoir de la fin de l’hiver et du début du printemps”.

– “La Sorcière Hiverne ne voulait pas laisser sa place à la Sorcière Printemps : une dispute éclata et la Sorcière Printemps se blessa au doigt. Des gouttes de sang tombèrent sur le sol enneigé, et à chaque endroit une fleur jaillit…Un Perce-Neige. Ce fut la victoire de la Sorcière Printemps !”.

En Occident le Perce-Neige annonce le printemps : il est devenu symbole de Consolation et d’Espérance de jours meilleurs.

 

Riz au Lait au Caramel


(1er fevr 2018)

(Riz au Lait au Caramel : (4 pers)

– 1 litre de lait entier ; 250g de riz rond ; 125g de sucre ; 1 sachet de sucre vanillé ; sucre roux pour la déco

– Pour le caramel : 50g de sucre ; 3 cl d’eau

Faire bouillir le lait, puis baisser le feu. Verser le riz et laisser cuire environ 30 mn en remuant régulièrement. Ajouter le sucre et le sucre vanillé et laisser encore 5 mn.

Pendant ce temps, préparer le caramel : Dans une casserole, mélanger 50g de sucre avec les 3 cl d’eau. Laisser colorer, puis verser le caramel dans 4 ramequins individuels. Quand le riz est bien cuit, le répartir sur le caramel dans les ramequins. Saupoudrer de sucre roux pour donner une belle couleur. Attendre le refroidissement total et mettre au frais pendant 3 heures au moins.

Gratin d’Avocat


(1er/01/18)

Gratin d’Avocat (4 pers) :

2 gros avocats bien mûrs ; 2 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse ; 1/2 citron ; 1 oeuf ; 1/2 bûche de chèvre ; basilic ; huile d’olive ; huile de noix.

Allumer le four à 180°. Couper les avocats en deux dans le sens de la longueur (réserver les coques des avocats), et mettre leur chair dans un récipient. Arroser de jus du citron, l’oeuf battu, la crème fraîche et deux cuillère à soupe d’huile d’olive. Saler et poivrer et bien écraser le tout à la fourchette pour faire une crème onctueuse. Remplir les coques vides des avocats avec ce mélange.

Découper en rondelles la bûche de chèvre et disposer les rondelles sur les avocats. Saupoudrer de basilic et enfourner pour 20 à 30 minutes. Dès que l’avocat semble onctueux et que le fromage est bien doré : c’est prêt !

Servir avec une salade verte agrémentée d’huile de noix.

La plante de décembre : le Cacao


(1er/12/17)

“Le Cacao est la poudre obtenue après le broyage de l’amande des fèves de cacao plates fermentées produites par le cacaoyer”(Wikipédia). Le cacaoyer est de la famille des sterculiaceae. Le fruit du cacaoyer s’appelle la cabosse. Dans chacune d’elle, il y a cinq rangées de graines bleuâtres et gluantes. Une cabosse contient entre 25 et 75 fèves qui peuvent être jaunes, vertes, oranges ou rouges plus ou moins foncé. Le cacaoyer ne voit apparaître ses cabosses qu’au bout de 5 ans. L’arbre mesure alors entre 6 et 8 mètres de haut.

Les fèves seront sécher au soleil après leur récolte, puis il faudra les laisser fermenter avant de les torréfier et enfin de les broyer.

On trouve des traces du cacaoyer plusieurs siècles avant J.C. du côté du Mexique. Traditionnellement, le cacaoyer était cultivé par les Mayas et les Aztèques. Longtemps, les fèves de cacao ont servi de monnaie d’échange : achat d’esclaves, troc, impôts, denrées alimentaires,…Mais elles permettaient aussi  de fabriquer une boisson appelée chocolat. Les espagnols ajoutaient du sucre et du lait et chauffaient cette boisson au XVI ème siècle. Mais ceci n’était pas apprécié par Louis XIV, donc le cacao n’a été introduit en France que plus tard.

Il existe plusieurs sortes de cacao, les trois principales sont :

  • Le forastero : + de 85% de la production mondiale. Il est cultivé surtout en Afrique et en Amérique Centrale.
  • Le Criollo : 5% de la production mondiale. Il est plus amère, mais plus fin. Il se cultive surtout en Amérique Latine.
  • Le Trinitario : 20% de la production mondiale. C’est un mélange des deux précédents. On le trouve en Afrique, en Amérique Latine et en Asie.

Plus de 80% des producteurs sont de toutes petites structures.

Le chocolat est le symbole de la Gourmandise et il est réputé aphrodisiaque, d’où la méfiance du milieu ecclésiastique quand il est apparu.

Le cacao , quand il est consommé cru à des vertus innombrables qui diminuent à la cuisson ! Il est riche en magnésium, en fer et en vitamine C. La première vertu est indiscutablement un apport d’énergie et un anti-dépresseur : C’est d’abord un bon médicament contre le stress grâce au magnésium et aux amines. Sa consommation favorise la production d’endorphines qui sont les hormones du plaisir. En consommer stimule la libido…D’autre part, manger du cacao prévient les maladies cardio-vasculaires grâce à la catéchine et l’épicatéchine qui sont deux anti-oxydants contenues dans ses fèves. Sa teneur en flavonoïdes retarde le vieillissement. la consommation de cacao permet aussi d’éviter les cancers de la peau, et son effet se voit aussi sur la qualité de l’émail des dents. L’activité bactérienne des intestins s’améliore aussi si la consommation est raisonnable ! Il n’est pas bon d’abuser de la consommation de chocolat, car les efftes positifs pourraient se transformer en effets négatifs…

Mais attention, le sucre ajouté au chocolat réduit les bienfaits médicinaux. L’utilisation est à son TOP lors de la dégustation de fèves de cacao en encas, ou intégrées dans des plats. Une autre vertu intervient alors : celle d’être amincissante ! Mais ces fèves ne doivent être consommées que le matin ou à midi : le soir, elles sont trop énergisantes. On peut en trouver dans des magasins Bio pour environ 10€ les 250 g, soit une centaines de fèves.

Le chocolat se consomme noir, au lait ou blanc, en plaquette, associé à du pain ou des viennoiseries, dans la pâtisserie, dans certains plats salés, en crème, en boisson, en liqueur, et bien sûr en confiserie, surtout au moment de Noël et de Pâques. Pour certains animaux comme les chiens, le chocolat est très néfaste et peut même devenir un empoisonneur, la théobromine contenue dans le cacao étant un alcaloïde proche de la caféïne.

Les Aztèques associaient le chocolat à “Belle Fleur”, la déesse de la Fertilité et de l’Amour. Les Mayas l’associaient aussi à leur dieu de la fertilité.

Va-t-on dans les années à venir vers un commerce équitable du cacao ? Sa consommation augmente fortement dans les pays émergents et les Nations Unies oeuvrent pour obtenir des garanties de salaire meilleures que celles d’aujourd’hui, en égalisant mieux la répartition des revenus.

Charlotte au chocolat


(1er/12/17)

Charlotte au chocolat

300 g de biscuits à la cuillère ; 500 g + 125 g de chocolat noir à cuire ; 3 feuilles de gélatine ; 4 oeufs ; 75 g de sucre semoule ; 125 g de beurre doux ; alcool falcultatif : Rhum, Amaretto, Wisky…

Tapisser le fond et les parois d’un moule à charlotte de biscuits trempés dans le sirop (sucre + eau + alcool). Faire fondre le chocolat au bain-marie. Mettre la gélatine dans de l’eau froide 5 mn. La sortir et la mettre à tiédir dans une casserole dans le reste de sirop. Ajouter le chocolat fondu et bien mélanger.

Fouetter les jaunes d’oeuf avec 50 g de sucre. Ajouter le chocolat et le beurre ramolli. Monter les blancs en neige très ferme, ajouter le reste de sucre et incorporer doucement à la préparation au chocolat.

Garnir le moule de cette crème jusqu’en haut. Mettre au frais 12 heures avant de démouler et de servir.

Mandarines confites


(01/11/17)

Mandarines confites :

Une cinquantaine de mandarines non-traitées ; 3 kg de sucre semoule ; 2 gousses de vanille ; de l’eau.

  1. Rincer les mandarines et les mettre dans un récipient rempli d’eau. Attention : elles doivent être bien immergées (au besoin, appliquer une assiette dessus pour les maintenir dans l’eau). Changer l’eau deux fois par jour pendant trois jours.
  2. Faire fondre les 3 kg de sucre dans un grande marmite dans deux litres d’eau et laisser bouillir 4 mn à petits bouillons. Puis plonger dedans les mandarines et laisser cuire à nouveau 8 mn. Laisser refroidir dans un endroit frais.
  3. Le lendemain, sortir les mandarines du sirop. Refaire bouillir celui-ci 2mn et replonger les mandarines à la reprise de l’ébullition pour 8 mn.Mais ATTENTION, le sirop ne doit pas tourner en caramel !
  4. Après les sept cuissons, disposer les mandarines sur une grille pour les laisser s’égoutter pendant une semaine.
  5. Au bout d’une semaine, ranger les mandarines dans une boîte hérmétique et mettre au frais, en séparant les fruits par du papier sulfurisé.

Les mandarines confites peuvent se garder plusieurs mois et peuvent se consommer dans des gâteaux, des salades de fruits ou toutes seules.

Le Fruit de novembre : la Mandarine


(01/11/17)

La Mandarine : C’est le fruit du mandarinier.  C’est un agrume d’hiver de la famille des Rutacées qui agrémente les tables en les colorant. le fruit est sphérique, plus petit que l’orange. Ses quartiers sont appelés :”Cuisses”. Son écorce est fine et sa taille varie de 5 à 8 cm. Ses feuilles sont vert foncé et brillantes. Il y a une dizaine de quartiers avec des pépins. On la trouve sur le marché de novembre à avril. La chair est peu acide et sucrée. La clémentine est un hybride entre une mandarine et une orange douce, sans pépins, au goût acidulé.

Un peu d’histoire

La mandarine est cultivée depuis 3000 ans. Elle est originaire d’Asie du Sud-Est (Chine, Viet-Nam). Elle est arrivée en Europe au début du XiX ème siècle: Espagne, Italie, Afrique du Nord et Etats-Unis. La Chine produit 50% de la production mondiale. En 2 ème position vient l’Espagne avec seulement 8%.

Au début du XX ème siècle, le Père Clément, agronome en Algérie sème des graines et par hasard voit un arbre étonnant pousser : c’est le premier clémentinier, qui trouvera son nom en hommage à son découvreur !

En Chine, lors d’un mariage, les beaux-frères et belles-soeurs offrent à la mariée deux mandarines. Elle doit les éplucher dans la soirée et les partager avec son nouveau mari pour avoir une longue vie heureuse.

En Chine encore, on dispose des mandarines dans de nombreux bols dans toute la maison pour porter bonheur à la famille.

Un atout pour la santé

La mandarine est composée d’eau à 80%. Elle ne donne donc que 50 kcal pour 100g. Mais elle est riche en fibres, en vitamines C (lutte contre la fatigue et les agressions extérieures), en vitamines B et A. Peu calorique, mais elle apporte 13% de glucides et de saccharose, du frudose et du glucose. Ses minéraux comme le calcium, le potassium, le phosphore, le fer, le cuivre, le magnésium permettent d’augmenter la résistance.  Les flavonoïdes et les caroténoïdes sont de très bons anti-oxydants. L consommation de la mandarine permet de lutter contre les infections de la gorge et des varices, tout en donnant bonne mine et en développant des propriétés calmants et fortifiantes pour les muqueuses.

Comme l’orange, la mandarine se consomme plutôt le matin ou à midi, ses propriétés étant moins bonnes pour la santé le soir. Elle peut se manger nature, en jus, en sorbet, en liqueur, en gâteau, en salade de fruits, avec des viandes blanches (poulet, porc,…), confite, en confiture,… Son écorce sert aussi à fabriquer des plats…La mandarine se conserve entre une semaine et quinze jours. La mandarine est aussi utilisée souvent en parfum et cosmétique.

 

 

La plante d’Octobre : La Camomille


(1er octobre 2017)

La Camomille est une plante herbacée vivace de la famille des Astéracées. Elle mesure de 10 à 25 cm. Le capitule radié d’environ 2 cm est formé de fleurons blancs entourant un disque jaune formé de fleurons tubulés. La camomille est une plante hermaphrodite qui se plaît au soleil. On la trouve le long des chemins ou sur les sols sablonneux. Sa floraison se fait en été.

La camomille allemande, ou “petite camomille” permet de lutter contre l’insomnie et contre les troubles de la digestion. Elle est cultivée en Europe, en Asie et en Amérique. Elle est utilisée depuis l’Antiquité en herboristerie.

La camomille romaine ou “grande camomille” est la plus utilisée. Elle contient du camphre, des sucs amers et des flavonoïdes. On la trouve au Portugal, en Espagne, en France, au Royaume Uni, en Belgique, en Argentine et en Asie Mineure. Déjà sous Charlemagne en 810, elle était consommée.

La Grande Camomille peut être un vermifuge et un fébrifuge (fait tomber la fièvre). Elle a aussi un effet anti-inflammatoire. En huile essentielle, elle détend et rééquilibre en déstressant ; dans un bain, une tisane, en diffuseur, en massage,…

Sans danger et agréable à boire, la camomille est aussi utilisée en cosmétique et en médecine naturelle. Son action est efficace sur les ballonnements, les rhumatismes, la digestion ou l’anorexie, les yeux (en compresse sur les yeux) ou le rhume des foins (en décoction). Outre ses vertus bienfaisantes sur les cheveux, qu’elle peut aussi colorer d’une teinte blonde, la camomille se retrouve dans des soins de beauté, surtout pour le visage. ou dans des lessives pour bébé.

La camomille est aussi un complément non négligeable pour les viticulteurs au moment de la pré-floraison ainsi que pour les apiculteurs qui s’en servent dans le compost. En plus des tisanes, la camomille permet d’aromatiser des salades ou des desserts.

La fleur de camomille symbolise la Force dans l’adversité. Elle donne du Courage. Mais c’est aussi un symbole de Tendresse. Mais quand les fleurs s’entrelacent avec des grappes de houblon, elles représentent l’Intelligence !

On raconte que Ramsès II a été embaumé avec de l’huile essentielle de camomille. “Pour les Anglo-Saxons, la camomille romaine fait partie des 7 plantes sacrées. Elle était aussi très appréciée dans l’Antiquité grecque. D’après la légende, la déesse Athéna apparut en songe à Périclès et lui indiqua un remède à base de camomille pour soigner un ouvrier blessé sur un chantier de l’Acropole”. (d’après Pharmélia)

Vin de Camomille


Vin de Camomille

  • 230 g de sucre en poudre ; 25 fleurs de camomille séchées
  • l’écorce d’une orange non traitée ;  Quelques clous de girofle
  • 1 litre de vin rosé, type Gris
  • 1/4 de litre d’eau de vie à fruits

Mélanger tous les ingrédients dans un grand récipient. Fermer et laisser macérer pendant 15 jours. Remuer de temps en temps, et bien refermer le récipient à chaque fois.

Au bout de 15 jours, filtrer et mettre dans des bouteilles bien lavées et reboucher. Ce vin peut être consommé plusieurs semaines plus tard !

Gratin de pêches aux framboises


(04/09/2017)

Gratin de pêches aux framboises :

1 kg de pêches bien mûres ; 300 g de framboises ; 100 g de sucre en poudre ; 2 oeufs ; cuillère à soupe de miel ;  ; 100 g de beurre ; 80 g de crème fraîche ; 100 g de pistaches hâchées (non salées).

Allumer le four sur grill.

Mettre le sucre dans un saladier, faire un puits et y casser les oeufs. Fouetter pour blanchir le mélange et ajouter le miel, puis le beurre ramolli, la crème fraîche et les pistaches hâchées jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.

Peler les pêches et les couper en fines tranches. Les dresser dans des assiettes creuses, répartir les framboises sur le dessus, recouvrir à nouveau de lamelles de pêches, puis verser dans chacune des assiettes  un peu de pâte : sucre, miel, oeuf, crème, pistaches,…

Gratiner dans le four pendant 3 à 5 mn, chaque assiette doit se colorer un peu.

Servir aussitôt.

La plante d’Août : Le Tournesol


Anciennement Heliotrope et Maurelle, le Tournesol est de la famille des Astéracées. C’est une plante annuelle qui peut atteindre 3 mètres de hauteur. Ses capitules ont un sommet pointu. Ses fleurs sont jaune d’Or.

Jeune, le tournesol grandit très vite en se tournant vers le soleil. “Le côté à l’ombre poussant plus vite que le côté qui reçoit la lumière, sa tige se courbe en fonction du mouvement du soleil, donnant l’impression que la fleur suit le soleil. Cela est lié à l’auxine contenue dans la région apitale de la plante. Cette hormone, responsable de l’élongation cellulaire chez le végétal, migre vers le côté opposé à celui exposé au soleil. Les cellules sont donc plus grandes du côté ombragé que du côté ensoleillé.”(Wikipédia).

Le tournesol se cultive pour ses graines riches en huile (comme l’olivier ou le colza). Il doit être semé mi-mars et se récolte en août.  Il demande peu d’arrosage car ses racines vont chercher l’eau en profondeur. Disposer les graines tous les 20 cm, puis couvrir en attendant les premières pousses.

Découverts par les Mexicains , les tournesols arrivent au XVI ème siècle via les espagnols en Europe. La France les cultivent au XVIIIème siècle dans le Languedoc et c’est au XIX ème siècle que grâce à la sélection, la Russie dans sa culture de tournesols, fait monter la teneur des graines en huile à 40% (avant elle atteignait seulement 15 à 20%).

En France on trouve des tournesols surtout dans le Sud-Ouest, dans le Centre et en Côte d’Or. La pollinisation se fait via les abeilles. Mais une question se pose aujourd’hui : pourquoi en France particulièrement, certaines variétés femelles sont-elles moins butinées que les mâles ?

L’huile de tournesol contient 12% d’acides gras saturés et beaucoup d’acides gras poly-insaturés : acide oléique, palmitique et linoléique. Ceci donne un effet positif sur le taux ce cholestérol. Cette huile contient aussi des anti-oxydants qui protègent le corps du vieillissement.

Le tournesol est riche en vitamine E (retrouvée dans la composition de la margarine), A, D, et B6 (qui agit sur les troubles de l’humeur et les troubles berveux). Cette plante contient aussi des fibres, bonnes pour le transit intestinal, de l’iode et du fer qui nettoient les toxines et simplifient le travail du coeur, ainsi que du calcium, du magnésium, de l’acide folique et des protéines.

Les nutriments sont décuplés lors de la germination des graines : très tendance aujourd’hui pour les végétariens, les végétaliens ou les crudivores !

Les graines de tournesol sont utilisées en cosmétologie pour les soins capillaires ou pour des soins sur la peau : masque, crème,…

Le tournesol peut aussi servir de fourrage(protéines, méthionine) . Sa graine est excellente pour les oiseaux de volière ou les perroquets.

L’huile de tournesol, comme l’huile de colza, peut aussi servir comme agro-carburant pour les moteurs diesel, mais, sauf si on la traite soi-même pour un usage personnel, elle est beaucoup plus taxée que le diesel, ce n’est donc pas rentable !

Dans le langage des fleurs : Offrir un tournesol à quelqu’un signifie qu’on lui témoigne une admiration profonde : “Tu es mon Soleil”, mais pas seulement pour un message d’Amour, il peut juste s’agir d’Amitié…

La légende du Tournesol : “Il était une fois une jolie nymphe, Clythie, amoureuse du dieu soleil Hélios. Possessive, elle ne voulut pas partager son élu avec sa soeurCleucothoé. Se plaignant de cette situation à son père, celui-ci décida d’enterrer vivante sa cadette. Le dieu solaire se sentant trahi, abandonna alors Clythie. L’indifférence que l’astre manifesta à son égard ne fit qu’amplifier cet amour et la jolie nymphe passait ses journées à pleurer et à suivre continuellement du regard la course du char de son bien-aimé. Devant l’immense chagrin de sa fille, le père supplia le dieu solaire d’apaiser sa fille. Ce dernier la transforma ainsi en fleur”tournesol”.”(d’après Paysages et Fleurs au Fil de l’Eau).

 

 

Salade aux graines de Tournesol


Salade aux graines de tournesol :

Avocats ; Radis Noirs ; Fenouil ; 4 cuillères à soupe de graines de tournesol grillées ; endives ;  cresson ou mâche ; 1/2 citron ; 1 cuillère à soupe de miel ; 1 cuillère à café de moutarde ; poulet ou saumon fumé.

Faire griller les graines de tournesol à sec dans une poêle sans arrêter de remuer pour ne pas les faire brûler.

Couper les endives en lamelles fines après les avoir lavées et séchées. Couper les radis noirs en petits dés. Laver et égoutter le cresson ou la mâche. Couper les avocats en petits dés et les arroser tout de suite de jus de citron pour éviter qu’ils noircissent. Couper le fenouil en lamelles très fines après l’avoir épluché.

Mélanger le miel, la moutarde et 5cl d’eau pour faire une sauce onctueuse.

Poser les morceaux d’avocat au fond d’un saladier, verser la sauce et mélanger. Puis déposer dessus le fenouil, le poulet ou le saumon, les endives, le radis noir, le cersson et terminer par les graines de tournesol grillées. Déguster : C’est bon, c’est frais, c’est l’été !

Le fruit de Juillet : l’ABRICOT


(1er juillet 2017)

L’Abricot est le fruit de l’abricotier, de la famille des Rosaceae. Ce fruit charnu, ou drupe, est rond. Sa chair jaune ou orangée est sucrée, moelleuse, souple au parfum délicat, mais peu juteuse. Grâce à son noyau dur et unique, ou amande, il se coupe facilement en deux. Sa peau veloutée peut être jaune, orange ou rouge.

L’abricot est un fruit climatctérique, c’est à dire qu’il est sensible à une certaine hormone végétale : l’éthylène. Les fruits mûrs peuvent accélérer la maturation des autres fruits. La maturation est associée à une augmentation de la respiration cellulaire de ses tissus. Sa floraison est rapide, il faut tenter de la retarder en plantant les abricotiers plutôt au nord. Mais il faut les protéger du vent, du gel (car l’abricotier est hyper sensible au froid et au gel) et bien pailler. Peindre le tronc en blanc peut aussi retarder la floraison : plus on retarde la floraison, plus l’abricot a des chances de bien survivre, évitant le gel. La récolte de l’abricot se fait de juin à septembre. Le nom Abricot vient de “Précoce”, c’est donc un des premiers fruits que l’on trouve dans le verger.

L’abricot existe depuis très longtemps. Originaire de Chine, l’abricot est cultivé depuis quatre millénaires. Il semblerait que le roi René d’Anjou au XV ème siècle, rapporta d’Italie l’abricot en France. Mais ce n’est qu’au XVIII ème siècle que s fit son véritable développement.

La Turquie, aujourd’hui, est le premier producteur mondial. Il s’agit surtout d’abricots destinés au séchage. La France est le deuxième producteur en Europe (30% de la Production européenne) ; le premier étant l’Italie et le troisième l’Espagne.

L’abricot contient des vitamines C, B et E. Son taux de glucides, essentiellement de la saccharose, est de 13g pour 100g de fruit. Il est riche en minéraux : potassium, fer, cuivre et magnésium. Sa consommation prévient certains cancers et les maladies cardio-vasculaires grâce à sa teneur en fibres. L’abricot contient des caroténoïdes (deux fois moins que la carotte cependant), et il faut savoir que sa peau en contient deux fois plus que sa chair. D’autre part, en stimulant les sécrétions gastriques, la consommation de l’abricot améliore le transit intestinal. C’est un fruit excellent avant un effort de par sa charge minérale et après un effort car il permet de récupérer et d’éliminer les toxines. L’abricot séché consommé avec un peu de gras comme quelques noix ou du fromage donne un résultat très positif sur l’organisme.

L’abricot peut se consommer sous des formes multiples : nature bien sûr, poché ou séché, mais aussi en tarte, confiture, jus ou purée, compote, en salade (avec des endives par exemple), en tajine, en sauce pour accompagner des viandes blanches (poulet, porc,…), en alcool ou liqueur… Les noyaux peuvent aussi parfumer des coulis ou des alcools. L’huile de son amande peut soit être consommée, soit servir en cosmétologie.

L’abricotier, en étant Nourriture des Dieux, symbolise la Passion et la Sensualité. On raconte qu’en Andalousie, les femmes qui mettent sous leurs jupes des fleurs et des feuilles d’abricotier se rendent Irrésistibles !

Tarte Abricotine


(1er juillet 2017) Tarte Abricotine pour 6 à 8 personnes :

  • Une pâte sablée ; 1 kg d’abricots ; 170 g de poudre d’amande ; 40 g de beurre ;
  • Une cuillère à café de vanille liquide ; 3 oeufs ; 75 g de sucre en poudre

Préchauffer le four à 200°.  Etaler la pâte dans un moule et déposer dessus des lentilles ou des haricots secs pour éviter de laisser gonfler la pâte. Faire cuire la pâte à blanc 10 mn.

Pendant ce temps, faire dorer les oreillons de 800 g d’abricots dans un peu de beurre, puis les écraser en purée et les mélanger avec le sucre, les jaunes d’oeuf, la poudre d’amande et la vanille liquide.

Battre les blancs en neige fermement et les mélanger délicatement à la purée d’abricots refroidie. Verser la garniture sur le fond de tarte précuit.

Décorer la tarte avec le reste des abricots coupés en lamelles en les posant sur la surface. Cuire  pendant 25 mn.

Crumble de poulet à l’Ortie


(1er juin 2017)

Crumble de poulet à l’ortie (6 Personnes) :

  • 6 blancs de poulet ; 2 oignons ; 1 poignée de noix de cajou ; 5 pommes de terre ; sel ;
  •  8 à 9 poignées de feuilles d’ortie : Huile d’olive ; 10 cl de crème fraîche liquide ;
  • poivre ; ail hâché ; thym.
  • parmesan : beurre ; farine, chapelure

Emincer les oignons, les mettre dans une poêle et les laisser juste colorer quelques minutes.

Hâcher grossièrement les feuilles d’ortie et les jeter sur les oignons quelques minutes en mélangeant bien. Eteindre le feu et ajouter de l’ail.

Mixer les noix de cajou et mélanger aux oignons/orties/ail. Ajouter du sel, du poivre et du thym.

Faire revenir quelques minutes à la poêle les blancs de poulet coupés en petits morceaux dans de l’huile d’olive. Faire cuire les pommes de terre à la vapeur et les couper en petits dés.

Allumer le four à 200°.

Dans un plat qui va au four, placer les morceaux de poulet, puis les dés de pommes de terre et recouvrir de préparation oignons/orties/ail/noix de cajou. Verser la crème fraîche sur le tout.

Couvrir de crumble faite à base de parmesan, beurre, farine, sel et chapelure.

Enfourner pour 25 mn environ : le crumble est cuit quand la croûte est bien dorée !

La plante de Juin : L’Ortie


(1er juin 2017)

L’Ortie est du genre de la famille des Urticacées ( son nom vient du latin “Urtica”) qui regroupe une trentaine d’espèces de plantes herbacées vivaces, à feuilles velues et dentées. C’est un légume-feuille.

Ses feuilles velues sont urticantes de par leurs poils qui contiennent de l’acide formique, de l’histamine, de l’acétycholine et de la sérotonine. les poils de l’ortie sont pourvus à leur extrémité d’une pointe de silice qui peut pénétrer la peau en se cassant comme du verre, dégageant ainsi de l’histamine qui brûle la peau. dès qu’on chauffe les feuilles d’ortie, elles perdent leur pouvoir urticant ! Il en va de même si l’ortie doit faire face à une grosse bourrasque de vents violents ! La propriété urticante s’estompe, voir disparaît…

Les fleurs mâles et femelles peuvent pousser sur un même pied (ou pas). Les mâles se détendent d’un coup, soudainement et envoient du pollen sur les femelles pour les féconder.

L’ortie pousse en abondance en milieu sauvage, mais on peut aussi en faire une vraie culture :

  • Planter des graines ou des plants d’ortie dans un pot pas trop profondément et les recouvrir d’un bon terreau.
  • Arroser et couvrir d’un sac plastique, puis poser le pot dans un endroit ni trop sec, ni trop humide, ni trop chaud, ni trop froid (température ambiante).
  • Les graines poussent sous 8 jours. Attendre encore une semaine et rempoter à l’extérieur, mi-ombre/mi-lumière : ATTENTION AU GEL !
  • Arroser régulièrement sans noyer les plants.

L’ortie se reproduit très vite, il faut donc prévoir suffisamment d’espace, mais gare à l’envahissement !

L’ortie la plus répandue est la Grande Ortie ou l’Ortie brûlante. Elle est tonique, dépurative, diurétique, anti-inflammatoire, anti-rhumatismale et permet d’améliorer la qualité des cartilages. Elle aide à éliminer les toxines.

L’ortie est diurétique et dépurative : En irriguant le rein et la vessie, l’ortie consommée en feuilles séchées ou en jus frais, aide le corps à se débarrasser de ses nombreuses impuretés (urée, acide urique,…)

L’Ortie contient des vitamines A, B et C. Elle est riche aussi en fer, calcium, magnésium, potassium et phosphore. Cela permet de prévenir l’anémie, le scorbut et grâce à sa source abondante de nutriments, l’ortie est anti-oxydante. En cure de longue durée, l’ortie est la base d’anti-allergique et anti-histaminique.

Les feuilles et les graines d’ortie sont excellentes pour les femmes qui allaitent, augmentant la qualité et la quantité du lait. En cataplasme, ajoutée à de l’argile verte, l’ortie contribue à lutter contre les rhumatismes et l’arthrite. En lotion, l’ortie atténue l’acné et en bain de bouche, elle guérit les gingivites, les angines et les aphtes.

La grade ortie, grâce à ses fibres, est utilisée dans l’alimentation : soupe, soufflé, décoction, bouillie, tarte, légume d’accompagnement ; et dans le domaine agricole : engrais vert et/ou insecticide ou nourriture pour volailles (crue et hâchée) ou pour les bêtes à cornes (broyée).

Outre tous les bienfaits de l’ortie, sa cueillette est un vrai plaisir sauvage au printemps et en été. On la rouve aussi en pharmacie ou en herboristerie.

Un dicton nous dit : “Trois bons repas d’orties écartent toutes les maladies”.

Dans un conte de Grimm, “Demoiselle Maleen”, Maleen, l’héroïne, après s’être échappée de la tour dans laquelle son père l’avait cloîtrée, ne peut plus se nourrir que de feuilles d’ortie.

Dans un conte d’Anderson, “Les Cygnes Sauvages”, Elisa tissa des manteaux en fil d’ortie pour redonner à ses frères transformés en cygne par la marâtre, une forme humaine.

Victor Hugo dans “Les Misérables” : “Et que faut-il à l’ortie ? Peu de terre, nul soin, nulle culture. Seulement comme la graine tombe à mesure qu’elle mûrit, elle est difficile à récolter. Voilà tout. Avec quelque peine qu’on prendrait, l’ortie serait utile, on la néglige, elle devient nuisible. Alors on la tue. Que d’hommes ressemblent à l’ortie ! “. Il ajouta après un silence :”Mes amis, retenez ceci :  Il n’y a ni mauvaises herbes, ni mauvais hommes, il n’y a que de mauvais cultivateurs !.”

 

La plante de Mai : Le Muguet


(2.05.2017)

Le Muguet ou Lis des Vallées est une herbacée vivace rhizomateuse des régions tempérées. Le muguet fait partie de la famille des Lilliacées. Ses fleurs en “clochette” sont petites et blanches. Elles dégagent une odeur exceptionnelle. Le nom du muguet vient du “Musc”.

Le muguet fleurit au printemps en France, et surtout dans l’hémisphère nord, l’Asie ou l’Amérique du Nord. Il a besoin de lumière, mais pas trop et d’une température moyenne, ainsi que d’humidité et d’un sol riche en humus. Il aime les sols calcaires dans les bois, sous les haies et se développe d’avril à juin.  La plantation se fait en début d’automne : planter les griffes ou rhizomes à 3 cm de profondeur, en les espaçant de 10 cm et mettre les bourgeons vers le haut. Recouvrir de terreau et arroser. La floraison dure environ 3 semaines. Si le muguet est en pot, il fanera très vite, il faut donc le replanter le plus tôt possible en pleine terre.

Le muguet a une tige unique appelée “hampe”. Chaque brin de muguet est entouré de deux feuilles vertes et allongées et les fleurs, ou clochettes, sont toutes du même côté que la hampe. Chaque feuille mesure une quinzaine de centimètres. La clochette est formée de 6 pétales soudés. Le muguet est hermaphrodite. Mais il est toxique : les baies rouges qui se forment en automne font un “bouillon d’onze heures” qui peut par l’ingestion d’une seule gorgée être mortel !

Les principes actifs du muguet régulent l’action du coeur et sont donc utilisés surtout en cardiologie. Mais ce produit ne doit être utilisé que sous le contrôle d’un médecin. Outre des troubles digestifs importants, l’ingestion du muguet peut amener à des troubles du rythme cardiaque ainsi qu’à une accélération de la respiration. Le muguet, en effet, contient de la convallarine, puissant stéroïdien aux effets dévastateurs.

Dès le XVI ème siècle, le muguet a été utilisé en parfumerie, surtout en huile essentielle…

Le Muguet est l’emblème du 1er Mai : il annonce le retour du printemps. La tradition remonte à la Renaissance : en 1561, Charles IX reçut par ses amis campagnards un brin de muguet comme porte-bonheur. Il décida alors de reprendre ce symbole à la cour l’année suivante en offrant aux dames en brin de muguet en guise de porte-bonheur. Depuis 1936, année officielle des congés payés, chacun peut vendre comme il l’entend des brins de muguet le 1er mai, Fête du Travail, sur la voie publique ou là où bon lui semble !

  • Le muguet est une fleur emblématique : offrir un brin de muguet à quelqu’un le 1er mai revient à lui souhaiter beaucoup de bonheur, sans connotation amoureuse.
  • Au Moyen Âge, le mois de mai, ou mois des mariages ou accordailles, annonçait le retour du printemps. La future épousée accrochait alors un brin de muguet à sa porte pour symboliser sa pureté.
  • Saint Léonard, réfugié en forêt, dut se battre contre les dragons : les gouttes de sang issues de cette bagarre dont il sortit vainqueur, donnèrent naissance à des pieds de muguet. Voilà pourquoi le muguet porte Bonheur et Chance !
    L’histoire raconte que l’on peut entendre la douce musique des grelots blancs du muguet dans les bois et les sous-bois.
  • Jusqu’au XIX ème siècle, le terme Muguet désignait un jeune homme élégant.
  • Le brin de muguet ressemble aux larmes versées par la Vierge-Marie au pied de la Croix. Ses larmes auraient crée une fleur blanche à clochettes blanches.
  • “La légende dit que le muguet fut crée par Apollon, dieu du Mont Parnasse, pour en tapisser le sol, afin que ses 9 muses ne s’abîment pas les pieds” (Wikipédia)
  • Si vous offrez un brin de muguet comportant 13 clochettes, alors vous adressez au destinataire des voeux de félicité éternelle !!!!

Petits pots de muguet à déguster


(2.05.2017)

Petits pots de muguet pour 6 personnes :

3 cuillères à soupe de farine ; 2 cuillères à soupe de sucre en poudre ; un oeuf ; 3 cuillères à soupe de lait ; 3 cuillères à soupe de Nutella ; vermicelle au chocolat ; pâte d’amande verte et blanche ; 6 piques en bois (à brochette) ; 6 coupes en nougatine ou en pâte sablée à faire soi-même ou à acheter.

Mélanger le sucre, l’oeuf, la farine, le lait et Nutella et verser cette préparation dans un moule allant au micro-ondes : cuire 1 mn 30 à 900 W. A peine cuit, découper 6 morceaux et les disposer dans les pots-coupes. Saupoudrer de vermicelle au chocolat pour un effet “terre”. Planter une pique en bois dans chacun des pots. Découper dans la pâte d’amande verte des feuilles de brin de muguet et dans la pâte d’amande blanche des clochettes de muguet. Coller avec un peu d’eau les feuilles et les clochettes sur la pique.

Votre brin de muguet à déguster est prêt !

La Tulipe : la plante d’Avril


(31 mars 2017)

LA TULIPE

La tulipe est du genre Tulipa de plantes herbacées de la famille des Liliacées. Les tulipes sont des plantes vivaces bulbeuses à tiges longues, dures et solitaires. Les feuilles sont peu nombreuses, à nervures peu profondes, charnues. Les fleurs sont constituées d’un périanthe qui a trois pétales, trois sépales et six étamines. Il existe environ 120 espèces qui ont donné plusieurs milliers de variétés. Les couleurs sont riches et variées : rouge, rose, jaune, orange, mauve, crème, violet, pourpre…même noir.

La tulipe, originaire du Moyen Orient doit son nom au mot turc “Tülbent” qui veut dire “Turban”, la tulipe pouvant être comparée à cette coiffe orientale qui arbore de nombreuses formes multicolores. Charles de l’Ecluse a introduit officiellement la tulipe en Occident à la fin du XVI ème siècle. L’origine de la tulipomanie en Hollande, première bulle spéculative et financière de l’Histoire, se présente au XVII ème siècle : Les spécimens de couleurs panachées se vendent à des prix exhorbitants (équivalents à plusieurs salaires moyens) ; mais au milieu du XVII ème, les prix chutent brutalement, entrainant avec eux tous les spéculateurs !

On trouve des tulipes de l’Europe Occidentale jusqu’à la Chine et au Japon, en passant par l’Asie Mineure et l’Asie Centrale. Mais la Hollande fournit près de 80% des tulipes dans le monde entier. Chaque année, au Printemps à Keukenof aux Pays-Bas, les créations de tulipes et autres bulbes sont présentées à un public international !

Les tulipes fleurissent de mars à mai selon leur variété. Les bulbes se plantent entre octobre et décembre. Elles aiment le soleil, acceptent un peu d’ombre, mais détestent l’humidité. Pour un bon rendement : enterrer les bulbes à 10 ou 15 cm dans la terre et les planter par groupe de 5 ou 6 en espaçant ces groupes d’environ 10 cm. Bien arroser, puis tasser la terre . A la fin de la floraison, couper seulement les fleurs fanées dans un premier temps, en laissant les feuilles. Ne retirer celles-ci que lorsqu’elles deviennent totalement sèches : les tulipes refleurissent ainsi plusieurs années de suite. Elles s’associent très bien avec des crocus, des jacinthes, des jonquilles,…

Les tulipes n’attirent pas les parasites et ne sont sujettes à aucune maladie en particulier. Elles peuvent très bien se cultiver en pots ou en jardinières, mais pour cela il faut choisir des variétés à tiges courtes.

La tulipe rouge représente l’Amour Fort, Sincère, Eternel, Passionnel, Sensuel.   La blanche évoque l’Amour Extrême. La rose est signe d’un Amour naissant. La jaune exprime une inquiétude dans l’Amour. La multicolore ressemble à “Tu as de beaux yeux tu sais !…” et la noire, véritable Graal des horticulteurs et muse des écrivains, raconte la Souffrance.

La tulipe a inspiré Alexandre Dumas dans “La Tulipe Noire”, roman sorti en 1850, relatant un concours à Haarlem visant à produire une tulipe noire.

En Turquie, il est fréquent d’offrir des bulbes de tulipes pour faire honneur à quelqu’un.

La tulipe est aussi le drapeau de l’Iran.

La Tulipe des Cévennes


(31 mars 2017)

La Tulipe des Cévennes (pour 6 personnes)

Pour la pâte à tulipe :

  • 125 g de beurre doux
  • 125 g de sucre en poudre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 4 blancs d’oeuf

Garniture : Crème de marron vanillée et crème Chantilly

Préchauffer le four à 180° (th 6). Mélanger le sucre en poudre et le sucre vanillé avec le beurre ramolli, puis la farine. Monter les blancs en neige légèrement et mélanger doucement à la spatule en bois. Poser du papier sulfurisé sur la plaque du four et déposer une cuillère à soupe de pâte en l’aplatissant pour faire comme une mini galette. Cuire environ 10 mn, le biscuit ne doit ps brunir.

Démouler ces petites galettes encore chaudes et les mouler sur le fond d’un bol pour leur donner une forme de coupelle/tulipe. Garnir chaque tulipe de crème de marron et de crème chantilly.

(inspiré de Marmiton)

La plante de Mars : L’Ajonc


(Mars 2017)

L’ajonc est du genre Ulex (ou plante arbustive à feuilles piquantes), de la famille des Fabacées. C’est un vivace au feuillage persistant. Ses épines sont des feuilles modifiées. Ses fleurs serrées et parfumées sont jaune vif. L’Ajonc fleurit presque toute l’année (octobre à juin).

L’Ajonc peut faire une haie défensive grâce à ses épines. Les fleurs sont regroupées en grappes denses sur les feuilles supérieures des rameaux. Le calice est constitué de deux lèvres jaune pâle, la corolle est jaune d’or.  L’ajonc a besoin d’un sol sableux ou caillouteux. Il aime l’humidité, mais ne craint pas la sécheresse. Sa taille adulte est atteint à l’âge de 5 ans. Attention, l’ajonc est toxique, son bois est garni d’épines et les jeunes feuilles peuvent se transformer en dard : il a un port en touffe dense hérissée d’épines.

Sa plantation se fait à l’automne. L’ajonc ne demande ni soins spécifiques, ni arrosage particulier. Il aime le soleil et les sols pauvres. Mais il est possible de le tailler pour lui donner la forme voulue. Il se multiplie par semis ou par bouturage.

Il existe une vingtaine d’espèces. L’ajonc d’Europe est l’une des quatre espèces françaises qui est la plus répandue.

L’ajonc est une plante mellifère, c’est à dire qu’il produit du nectar, substance liquide très sucrée, récoltée par les insectes butineurs et les oiseaux nectarivores. Certaines abeilles transforment ce nectar en miel. L’ajonc d’Europe produit du nectar en très petite quantité, mais comme il est très présent et touffu sur le territoire, la quantité de nectar devient assez grande pour attirer les colonies d’abeilles.

Les ajoncs offrent aussi aux oiseaux et petits mammifères, un abri précieux en toutes saisons. D’autre part, les tiges d’ajonc, une fois séchées, sont un excellent combustible : autrefois, elles servaient à allumer les fours à pain… Les ajoncs peuvent aussi servir de fourrage pour le bétail, si on les récolte avant la fructification et si on élimine les parties épineuses : ils sont même appelés “Luzerne des Pays Pauvres”.

“Les fleurs de l’ajonc illuminent de leur jaune d’or les landes vers l’équinoxe de printemps (à la fin du mois du Frêne). Les landes aux horizons incertains, sont un lieu proche du ciel. Les générations successives de bergers, vivant dans cette uniformité sournoise, lui ont façonné un cortège de croyances équivalent à celui des forêts profondes.”

“La déesse gauloise ON-NIONA, dont le culte était célébré dans des bosquets de frênes, a son nom formé à partir de Onn ‘Ajonc) et Nion (Frêne).”

En décembre 2016, l’Institut Culturel de Bretagne a déclaré que l’ajonc était l’emblème de la Bretagne, comme le trèfle pour l’Irlande, le chardon pour l’Ecosse, la rose pour l’Angleterre. L’Ajonc est donc devenu l’OR de la Breatgne !!!!

Beau Jeunehomme en Col Blanc


(Mars 2017)

Beau Jeunehomme en Col Blanc (6 à 8 personnes) :

  • 200g de chocolat noir ; 250g de sucre en poudre ; 200g de crème fraîche épaisse ;
  • 1/2 litre de crème anglaise

Faire fondre le chocolat à feu doux dans une casserole, ajouter peu à peu le sucre en poudre, puis la crème fraîche. Laisser cuire au moins 10 mn en remuant tout le temps pour éviter que la préparation adhère à la casserole.

Verser la préparation dans un saladier transparent de préférence (juste pour que ce soit beau !). Quand le mélange est froid, verser la crème anglaise par-dessus et mettre au frais pour au moins 6 heures. C’est prêt, c’est délicieux !!!!

Le Camélia : plante de février


(Février 2017)

Le Camélia est une plante à fleurs de la famille des Théaceae. Sa couleur est blanche, rose nacré, satinée ou rouge tendre ou vif. Le camélia peut grandir de 1 à 5 mètres. Son feuillage est persistant. Il est originaire d’Asie Orientale et Méridionale de l’Est (Chaîne Himalayenne, Japon, Indonésie). Son nom a été donné par Carl Von Linné en 1735, en l’honneur du frère jésuite Jiri Joseph Camel, passionné de la flore des Philippines. Joséphine de Beauharnais, future Impératrice, lance la mode des camélias en France, après en avoir plantés de nombreuses variétés dans son domaine de la Malmaison à Rueil. Elle en orna ses chapeaux, ses boutonnières,…

Le camélia se plaît en terre acide, à l’abri du vent, situé sur un terrain d’ombre à mi-ombre. Il se plante en période hors gel, à l’automne ou au printemps. Il se plaît en terre de bruyère, mélangé à un terreau souple. Au moment de la plantation, il faut mettre du gravier au fond du trou pour permettre le drainage. Il a besoin d’arrosage abondant à la plantation et d’un paillage en hiver pour se protéger du froid et des mauvaises herbes, et pour nourrir la terre d’éléments naturels. On peut le tailler, après la floraison si on souhaite lui donner une forme particulière, mais ce n’est pas obligatoire.

Il existe environ 200 espèces de camélias. La plus connue est le Camélia du Japon. La floraison peut se faire de septembre à mai, mais la plupart des espèces fleurissent en hiver.

Le Camélia peut être attaqué par les cochenilles ou les pucerons. Une couche de poussière noire se dépose alors sur les feuilles : il s’agit de la fumagine. Elle se traite en nettoyant les feuilles avec du savon noir, qu’il faudra ensuite rincer.

Le camélia peut aussi se cultiver en pot, sur une terrasse, un balcon ou en intérieur. Il doit être changé de pot tous les deux ou trois ans pour que ses racines trouvent la place dont elles ont besoin. Il n’aime pas être trop arrosé, ses racines ne doivent pas tremper et stagner dans l’eau.

L’extraction de l’huile très riche des graines du camélia, permet l’utilisation de cette huile en cuisine ou en crème anti-dessèchement de la peau et des cheveux ou peut aussi fortifier les ongles.

Le camélia est l’emblématique de la beauté parfaite. “Dans le langage des fleurs, le camélia symbolise l’Amour romantique, l’Amour éternel”. Le camélia représente aussi la séduction et la quantité de fleurs offerte reflète la mesure du désir de séduire ! Le camélia rose convient pour exprimer une fierté admirative !

Coco Chanel a fait du camélia blanc à la boutonnière son emblème…

Le camélia est l’emblème des Samouraï qui y voyaient le symbole de la fugacité de la vie dans les pétales rouges de la fleur nouvellement ouverte !

Le camélia : Constance, Fidélité, Longévité et Bonheur !

Et bien sûr Alexandre Dumas a écrit : “La dame aux Camélias”

Un vieux proverbe chinois dit : ” Si tu veux être heureux toute ta vie, fais un jardin et plante un camélia”.

Gâteau aux Carambars


(Février 2017)

Gâteau aux Carambars pour 10 personnes :

  • 20 Carambars au caramel (classiques)
  • 1/2 paquet de Chamalows
  • 125 g de beurre doux
  • 1/2 paquet de Corn-Flakes au riz soufflé

Mettre dans une casserole les Chamalows, le beurre et les Carambars. Laisser fondre à feu doux.Quand tout est bien fondu, ajouter les Corn-Flakes hors du feu et remuer.

Etaler dans un plat préalablement beurré et mettre au frais pour 3 heures au moins… Un régal pour les petits, comme pour les grands !