La plante de janvier : le Chou

(1/01/17)

chou fleurLe Chou est une espèce de plante de la famille des Brassicacées. Il est dense, ses feuilles sont comestibles. Il existe de très nombreuses variétés qui mettent en avant les feuilles, ou la pomme (chou blanc, chou rouge) ou les fleurs (chou-fleur, brocolis). Plus de 1000 espèces existent avec des formes différentes et des couleurs allant du blanc crème au rouge violet. Il s’agit de la même famille que les radis, navets, rutabagas, cresson, roquette, brocolis,…avec des fleurs à pétales disposés en forme de croix.

Le chou a besoin de beaucoup d’azote et ne peut donc être cultivé qu’une fois tous les 4 ans sur la même terre, car il l’épuise. Mais il a une grande résistance au froid. Les premiers plans peuvent être mis en terre en avril et peuvent être récoltés jusqu’à a fin de l’hiver. Il peut être attaqué par des chenilles de papillons blancs : la pièride du chou. Il faut capturer les papillons adultes avant la ponte ou saupoudrer les larves de Roténone.

Le terme chou est apparu au XII ème siècle. Mais on trouve des traces du chou, il y a 2000 ans dans les Pays de l’Est du Bassin Méditerranéen. Certains pensent qu’il existe depuis 8000 ans dans le Nord de l’Europe. Aujourd’hui, presque la moitié de la production vient de Chine. L’Inde atteint10% de la production mondiale, suivie par la Russie.

Pour 100g de chou, on a 22 calories. Cela peut donc faire partie d’un régime amaigrissant, mais si on ne mange que du chou, il y a un grand risque de carences alimentaires, additionné d’un effet yoyo.

Le chou offre du manganèse, du souffre, du calcium et de l’iode. Sa teneur en fer aide au transport de l’oxygène dans le sang et à la formation des globules rouges. Riche en vitamines C, B6, K, B1,le chou est un bon messager dans l’influx nerveux et contribue au bon fonctionnement du système immunitaire ; il aide aussi à la coagulation du sang et à la formation des os.  La consommation du chou est très bonne pour le transit intestinal et favorise la mémoire. Elle contribue aussi à lutter contre les ulcères (estomac, colon,…) et contre les cancers du poumon ou de l’appareil digestif, des ovaires, des reins. L’existence d’anti-oxydants protège les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres et lutte donc contre les maladies cardio-vasculaires.

La feuille de chou imbibée d’huile d’olive peut aussi servir de cataplasme pour soulager des crevasses, gerçures ou soigner des angines, sinusites, bronchites, asthme ou rhumes.

Certaines personnes ne tolèrent pas les légumes comme les crucifères. Cela se traduit par des ballonnements, des diarrhées, des douleurs abdominales. Le plus digeste est de préparer ces légumes en cuisson à la vapeur, au micro-ondes ou à la poêle.

Le chou peut être mangé cru, râpé, cuit ou mariné, en salade, en choucroute, en soupe au chou ou en chou farci. Il se conserve plusieurs jours (une dizaine) dans le bas du frigidaire ou dans une cave bien au sec et à l’abri de la lumière pour plusieurs semaines.

Le chou est le symbole de Riedwihr : “Taillé, au premier de sinople au chou pommé d’Alsace d’argent, au second d’argent au crochet double en forme de S de sable posé en barre”.

“Les garçons naissent dans les choux, les filles dans les roses” : Dans l’Antiquité et au Moyen-Âge, on servait traditionnellement de la soupe au choux aux jeunes mariés pour augmenter leur fertilité, car le chou est constitué de multiples feuilles placées les unes sur les autres.

Dans la mythologie grecque, on raconte que lorsque le Roi Agamemnon était parti à la guerre, son épouse Clytemnestre accoucha de quadruplés, trois filles et un garçon. Les trois filles furent enveloppées des pétales de roses et le petit garçon fut enveloppé dans des feuilles de chou car on craignait que le garçon ne devienne efféminé si on lui associait des symboles féminins. Le chou fut choisi tout simplement car c’était un des mets présents sur la table du roi grec ce jour là !